Conseil Formation Accompagnement

Ikigaï, mon amour ?

As-tu déjà entendu parlé de l’Ikigaï ?

Pour ma part, ça fait un moment que ce terme me titille et me parle. Je m’explique.

J’ai lu plusieurs livres à ce sujet et je vais plus particulièrement m’inspirer de celui de Christie Vanbremeersch, aux éditions First pour t’en parler.

Christie a fait une enquête et complète son propos avec les retours des personnes qu’elle a interviewé autour de cette question… J’adore. Bon,  ça doit être mon côté sociologue  😉  .

Ikigaï est donc un terme japonais que l’on peut traduire par Joie de vivre, raison d’être ou mission de vie. 

L’ikigaï fait partie des six facteurs expliquant la longévité exceptionnelle des habitants d’Okinawa avec un nombre exceptionnel de centenaires en bonne santé.

J’aime bien souligner la notion de bonne santé. Parce que, bon…

Tu dois connaitre, comme moi, des proches qui vivent âgés mais en mauvaise santé, ce qui est source de beaucoup de souffrance pour eux et leur entourage.

Vivre en bonne santé et longtemps, ça me parait un bon plan, pas vrai ? Je continue donc à mener mon enquête sur les paramètres/facteurs/tendances qui semblent être des clés…

 
 

Ce qui favorise la bonne santé ?

Il y  6 facteurs clés :

  1. L’hérédité
  2. La cuisine locale (et l’apport de plantes spécifiques)
  3. Une sobriété de moeurs : pas de tabac, pas d’alcool, de la nourriture en quantité raisonnable
  4. L’activité physique au grand air tout au long de la vie (dont la marche)
  5. Une vie sociale et des liens forts, joyeux, avec les amis, voisins, la communauté
  6. L’humour : rire beaucoup !
Je te propose de regarder chaque facteur et de poser une action en phase de celui qui te semble être en peu en berne à cet instant
.
Pour ma part:
  1. Augmenter mes temps d’activité physique au grand air ! Reprendre mes trajets en vélo et à pied.
  2. Développer ma vie sociale locale. Et ouiii : je passe beaucoup trop de temps devant mon ordi… Clairement… Je vais prendre le téléphone pour inviter une amie à prendre le thé. Et communiquer sur mon cabinet en présentiel.
  3. Un peu plus d’humoour ne me fera pas de mal non plus… DramaQueen, sors de ce corps !  Continuer la série Kamelott, ce qui a le don de me faire beaucoup rire (je m’identifie à peu près tous les personnages)…
 
 

As-tu envie de trouver ton ikigaï ?

Tu remarqueras que l’Ikigaï est finalement au centre d’un équilibre de vie où la joie et la relation sont primordiales.

Et cet Ikigaï est essentiel quel que soit les âges de ta vie. Et étant donné que nous vivons dans l’impermanence, qu’il s’agisse de nos corps et de notre environnement, je trouve intéressant de réfléchir à notre ikigaï pour lui donner touuute sa place.

Je suis Soazig Hernandez, j’accompagne au changement et j’adore transmettre, diffuser des outils qui permettent d’aligner tes valeurs et ta réalité. J’adore voir les personnes en quête de sens reconnecter leur joie et leur élan de vie et se remettre à danser/ marcher leur parole. Fierté, énergie, force, joie émanent à nouveau !

C’est mon Ikigaï et je l’incarne dans mes formations, mes accompagnements, mes partenariats, mes engagements citoyens, ma famille…

Je t’avoue que ce n’est pas toujours facile car la route de l’ikigaï demande un chouïa d’introspection, de connexion à tes intuitions et un alignement avec un modèle économique ! Et ça fait bien souvent sortir de sa zone de confort…Rêver m’aide à me connecter à mon ikigaï, tu t’en doutes. 😉

Je fais partie des « ikigâtés », parfois un peu fauchée…

Heureuse mais avec des petites anxiétés financières dues à mon statut d’entrepreneure. On en reparlera. J’y travaille. 😉

Comme le dit Christie p 17 de son livre : « Notre travail de « chercheurs de notre ikigaï » pourrait s’apparenter à celui d’un jardiner qui ne peut pas faire grand chose d’autre que créer les conditions d’un verger où les prunes auront peut-être envie de pousser. (…) Et pour nous « ikigaïchercheurs » : ouverture, persistance, entourage porteur, sortie de la zone de confort. »

Alors, prêt.e  à dévoiler ton kigaï? Je te propose de dédier un carnet, cahier dédié à cette quête du Graal.

Un bel objet, qui te plait lorsque tu l’as dans les mains et dans lequel tu pourras noter, dessiner, sketchnoter, coller… Le beau, ça nourrit, sans parler de la créativité…

Tu vas voir qu’il y a des liens avec mes articles sur la permaculture, le rêve, les cycles etc… 😉

D’après toi, quelle est la première étape (après avoir acheté ton cahier et y avoir noté tes premières actions) ?

Mets le moi en commentaire ! Je te donne la réponse dans le prochain article.  😉

A très vite sur le chemin !